Mécanique du cadran

Vérification spasmodique méthodique du moteur de la société facilitée

mardi, février 15, 2005

erreur à la deux fois rien compris

Les erreurs, que sont elles ?
Toujours de retour, même dans les détours.
Tout le temps à s'excuser,
Pourtant ne fait qu'empirer,
Les erreurs.
Celle-ci m'a coûté la chance de ma vie.
Celle-la va écourté l'envie d'une chance.
Celle qui sera, ce sera quoi ?
Pas celle qui a déjà servit ton cas,
Cervelle de quoi tu serais sinon ?

mardi, février 01, 2005

Je me fais matter comme un matou sans atout

J'infuse du thé vert dans l'eau bouillante. Les feuilles tourbillonnent et tombent au fond du verre. Devant moi, une écolière. Elle ne miaule pas, la chatonne, elle ronronne. J'en suis flatté, l'eau prend la couleur du thé. Pourquoi nous nous dirigeons vers quoi ? Le temp s'arrète, il n'y a plus de mouvement dans mon verre. D'habitude, j'aurais cherché quelque chose à dire ou à fuire. Mais elle me regarde et me met en garde. Si je n'étais pas un chatton de gouttière dégouttant, sentimentalement parlant, j'oserais surement lui demander si le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Mais il est trop tard, hier encore, j'ai agis comme un taré au carré. Alors je me tais. Je suis mal dressé, je le sais, mais jamais elle ne m'en a parru hérissé. Le thé vert, finalement infusé, refroidi lentement.
Elle me demande: "pourquoi moi ?"
Je donne ma langue au chat.
Elle me commande: "s'il te plait, tu n'es qu'un minet"
Je bois mon thé glacé. On se reverra pour un autre verre. Nous avons d'autre chats à fouetter.